Devenir membre
accueil À propos de l'APDEQ Nouvelles L'APDEQ nomme ses premiers ambassadeurs
18 octobre 2017
Voir toutes les nouvelles

L'APDEQ nomme ses premiers ambassadeurs

Pour l’appuyer dans ses démarches visant à contribuer à son rayonnement et à sa notoriété, l’APDEQ a profité de son congrès annuel, jeudi soir dernier à Montréal, pour annoncer la mise sur pied de son Club des Ambassadeurs. Il s’agit d’un groupe de six personnes, pour qui l’APDEQ fut, demeure et demeurera toujours LE réseau d’appartenance, LE regroupement des forces vives en développement économique au Québec.

Ainsi, Mmes Caroline Gagnon (Stratégies Immobilières LGP) Annabelle Guay (Promotion Saguenay), Natalie Quirion (Parc technologique du Québec Métropolitain), Nathalie Prince (Sherbrooke Innopole), MM Marc-André Fullum (Ville de Terrebonne) et Nicolas Roy (PME MTL Ouest-de-l’île) deviennent les premiers Ambassadeurs de l’APDEQ. Chacune de ces personnes est reconnue pour son implication à l’APDEQ et à ses activités, cumulant un nombre d’années d’expérience significatif confirmant l’appartenance à la profession,et possédant un vaste réseau et une crédibilité dans le milieu.

En outre, ces personnes croient fermement en la profession, en la nécessité du réseautage et au développement professionnel.

Invitée à présenter cette initiative et ses collègues Ambassadeurs, Mme Caroline Gagnon, Vice-présidente chez Stratégies Immobilières LGP et ex-présidente de l’APDEQ (2009-2012), en a profité pour annoncer la venue d’un septième Ambassadeur, honorifique celui-là : M. Stéphane Meloche, directeur de Marque à La Presse et fortement impliqué depuis plus de 20 ans aux activités de l’APDEQ.

 « Nous croyons que les membres fidèles de l’APDEQ deviennent les meilleurs porte-voix pour promouvoir l’adhésion à ce réseau et ses bénéfices », a mentionné M. Vincent Lecorne, président de l’APDEQ. Ces 7 personnes croient à l’APDEQ, et contribueront au rayonnement et à la croissance de la reconnaissance de l’APDEQ de différentes façons, à travers leurs rencontres quotidiennes. En fait, nous ne venons qu’officialiser ce qu’elles faisaient déjà !»